a

Lorem ipsum dolor sit amet, consecte adipi. Suspendisse ultrices hendrerit a vitae vel a sodales. Ac lectus vel risus suscipit sit amet hendrerit a venenatis.

Hirtenstraße 19, 10178 Berlin, Germany
+49 30 24041420
ouroffice@vangard.com
Rémi Leroux / Education

Dessine-moi une école…

Depuis deux ans, l’actualité des écoles montréalaises est rythmée par la découverte de nouveaux cas de moisissures, de contamination fongique, de conduits d’aération propulsant un air vicié. Depuis deux ans, des écoles ferment. Les élèves sont relocalisés dans des établissements dont on découvre après coup qu’ils sont eux-mêmes insalubres. Alors, d’autres écoles ferment et attendent d’être décontaminées ou reconstruites.

Grand jeu concours: le Robert Junior est-il vraiment sexiste ou fait-il semblant ?

Par un phénomène totalement indépendant de ma volonté, le billet que j’ai consacré en mars dernier au Robert Junior – relire ici – est parti ces derniers jours vivre sa vie sur la grande toile globalisée. À ma grande surprise, il a été lu 18 000 fois au cours des sept derniers jours ! Il a filé sur Facebook et Twitter, bondissant de compte en compte, d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique. En vérité, j’ai perdu sa trace assez rapidement. Le sujet  – les exemples sexistes utilisés pour illustrer de nombreux mots du dictionnaire – intéresse. C’est bien là l’essentiel.

La démocratie doit protéger l’action citoyenne

En Français, on les appelle Poursuites stratégiques contre la mobilisation publique. Mais leur acronyme anglais fait référence. Les SLAPP (Strategic Lawsuit Against Public Participation) sont des actions en justice qui visent à entraver la participation politique et le militantisme. Généralement engagées par des entreprises privées contre des citoyens, en leur nom propre ou regroupées au sein de mouvements collectifs, elles ont pour objectif principal de réduire au silence l’action citoyenne.

Dans « un grand souci pédagogique », Le Robert Junior stigmatise les filles

Tout est parti du mot « sournois ». C’était au cours d’une soirée sympathique en famille. Le mot a été utilisé au cours de la conversation, certains prétendant qu’il n’était pas si négatif que cela, les autres défendant l’idée contraire. Il fallait donc les départager. Le Petit Robert Junior (édition nord-américaine) devait servir à cela. Une fois le mot « sournois » défini, lecture fut faite de l’exemple qui l’illustrait: « C’est une petite fille sournoise » (p. 990). C’est à ce moment précis que la soirée a basculé.

Des « Conversations publiques » pour un système scolaire plus juste et plus ouvert

Les 9 et 12 mai derniers à Ville Saint-Laurent, un quartier de Montréal, se sont tenues les Conversations publiques à l’école. Porté par le Centre de Ressource de la Troisième Avenue et le collectif Parents en action pour l’Education, l’événement a réuni une centaine de parents. Ils ont évoqué l’école de leurs enfants et imaginé, deux heures durant, des solutions

Au Québec, l’école primaire a-t-elle digéré la réforme et le « Renouveau pédagogique » ?

Depuis dix ans, le système scolaire québécois vit au rythme des ajustements de la grande réforme de l’enseignement née au lendemain des Etats généraux de l’éducation, organisés à la fin des années 90. Ce « Renouveau pédagogique » tel qu’il a été qualifié ensuite avait pour ambition de « redonner une cohérence d’ensemble au système scolaire » de la province canadienne,

La mise au rebut programmée de la boîte à lunch ?

Quelle sacrée nouvelle ! En ouvrant le journal ce matin, ce titre chargé de promesses: « La Commission scolaire de Montréal veut un service de cantines ». Incroyable mais vrai. La CSDM a annoncé qu’une étude de faisabilité était actuellement en cours afin d’évaluer le coût que représenterait la mise en place d’un tel dispositif. La fin du cauchemar de la lunch box ?

A l’école de la boite à lunch…

Finis les temps cantine interminables, les tatas qui braillent, les menus à 2,30 euros du leader mondial des solutions de qualité de vie au quotidien… désormais, c’est vive la boite à lunch ! Lorsqu’on ne connaît pas, la boite à lunch, c’est un peu concept. On ne sait pas très bien tout ce que cela recouvre et, en même temps, on sent bien qu’il y a du Tupperware dans cette affaire-là.