A l’école de la boite à lunch…

Finis les temps cantine interminables, les tatas qui braillent, les menus à 2,30 euros du leader mondial des solutions de qualité de vie au quotidien… désormais, c’est vive la boite à lunch ! Lorsqu’on ne connaît pas, la boite à lunch, c’est un peu concept. On ne sait pas très bien tout ce que cela recouvre et, en même temps, on sent bien qu’il y a du Tupperware dans cette affaire-là.

Mais attention, il ne s’agit pas d’une simple boite en plastique, teu, teu, teu. C’est un tantinet plus complexe à appréhender. Sans doute même existe-t-il un leader mondial des solutions de boite à lunch. Solutions intégrées, auto-nettoyantes et inodores.

Il y a les boites, effectivement en plastiques et de différentes tailles, qui reçoivent les bons petits plats préparés par les parents la veille du jour d’école. Car, et ça une amie me l’avait dit, pour garnir la boite à lunch le lundi midi, mieux vaut avoir cuisiné en grosse quantité le dimanche soir ! Sinon, il ne restera plus que l’option sandwichs au pain de mie avec tranche de cheddar et jambon reconstitué à préparer en catastrophe le matin à 7h29. Donc, les boites en plastiques, petit a.

Petit b. La gourde en plastique. En hiver, elle doit, j’imagine, pouvoir faire thermos. Pour l’instant, je n’ai pas encore étudié le marché.

Petit c. Le sac à lunch. C’est là que l’affaire se corse. Car, il existe des dizaines de modèles différents de sac à lunch et, comme n’importe quel sac-à-dos (pas de cartable ici, le cartable désigne le « classeur »), c’est un signe extérieur important qui va jouer son rôle dans la place que l’enfant se fera à l’école. Il doit sûrement y avoir le club des sacs à lunch Dora ou Batman (bon, je cause version française, j’ajusterais lorsque je serais au fait de la mode ici). On doit même, je présume, estimer le niveau social rien qu’au regard du sac à lunch que l’enfant trimballera dans la cour de récré. Le monde impitoyable de l’école…

J’imagine même que se radiner avec un sac à lunch niaiseux ne doit pas faciliter l’intégration. Alors, pour la première rentrée québécoise, nous avons fait un effort (sur la photo, boite à lunch de ma fille, manque la gourde…).

Petit d enfin. Le « ice-pak » pour maintenir au frais ledit lunch. Un bloc de glace genre camping mais adapté à la taille d’un sac à lunch. Certains sacs disposent même d’un système d’attache interne de bloc de glace, généralement situé dans le couvercle. Un must.

On niaise, on niaise, il n’empêche que je ne suis pas mécontent de mettre au rebut la Sodexo pour quelques années. Et je suis certain qu’en plein coeur de l’hiver, mes enfants seront heureux de manger les restes d’un bon gratin béchamel-brocoli tout droit sorti de leur superbe boite à lunch…

8h13-11h35 et 12h57 15h18

Sinon, du côté de la rentrée des classes, quelques surprises. La première, c’est « l’horaire régulier » d’une journée d’école dans le système scolaire général, avec cette précision chirurgicale des heures d’arrivée et de sortie des classes. 8h13 le matin. 15h18 la sortie. J’imagine qu’est pris ici en compte le temps que mettent les enfants à rejoindre leurs salles de classe et, inversement, le temps qu’ils prennent pour les quitter.

Depuis quelques années, je ne me faisais plus trop d’illusion sur la prétendue gratuité du système scolaire français. Au Québec, point de gratuité affichée alors qu’au final, nous ne sommes pas loin d’avoir dépensés les mêmes sommes qu’en France. Les fournitures scolaires, pour deux enfants, ont coûté 300 $ environ. En tant que nouveaux venus, nous ne bénéficions pas des aides du gouvernement. Une fois celles-ci prises en compte, nous ne sommes pas très loin de la « gratuité » à la française…

Avec un bémol toutefois: la garderie. Ce qu’en France nous appelons l’étude ou étude surveillée et qui, jusqu’à présent dans le système scolaire, est gratuite. Au Québec, les enfants peuvent rester à l’école après 15h18. Ils peuvent même venir avant 8h13 le matin. Le temps de lunch n’est pas un temps « scolaire ». Si bien que tous ces moments « extra-scolaires » ont un coût, eux, qui peut vite exploser si les parents travaillent à plein temps. Une journée de garderie complète coûte 7 dollars par enfant, que multiplie 5, que multiplie 4, soit 140$ par mois.

J-3 avant la rentrée… Il faudra juste penser, si on ne veut pas être en retard, à mettre le réveil à sonner à 6h42 !

Publicités

4 Comments

Add yours →

  1. Walter Emmanuelle août 24, 2010 — 4:34

    S’il y a un post que j’attendais, c’est bien celui-là. C’est énorme. Je veux bien la recette du gratin béchamel-brocolis. Et la suite des aventures, in vivo, de la boîte à lunch (mon Dieu…. avoir des bons restes tous les soirs…)

  2. Comme quoi y a pas que le fini-parti dans la vie, il y a aussi la boite à lunch.Bravo pour ces chroniques un peu « martiennes » vu depuis endoume… Bon courage, bonne rentrée, et get in touch amigo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :