a

Lorem ipsum dolor sit amet, consecte adipi. Suspendisse ultrices hendrerit a vitae vel a sodales. Ac lectus vel risus suscipit sit amet hendrerit a venenatis.

Hirtenstraße 19, 10178 Berlin, Germany
+49 30 24041420
ouroffice@vangard.com
Rémi Leroux / Menu  / Un autre atlantisme est-il possible ?

Un autre atlantisme est-il possible ?

Nouveau dossier sur le site Pontransat consacré cette semaine à la question « atlantique ». OTAN, sécurité, immigration, commerce, multilatéralisme… tout plein de gros mots pour un sujet néanmoins passionnant dont voici deux petits extraits.

Le premier porte sur les questions de migrations internationales. Enjeu crucial dans un contexte de renforcement des politiques migratoires dans de nombreux pays. France et Canada compris…

« Les Etats veulent s’assurer de pouvoir identifier les “persons of concern”, explique M. Crépeau:

“Elles sont aujourd’hui majoritairement des criminels ou des terroristes, évidemment. Peuvent s’y ajouter des migrants qui ont violé des lois d’immigration ici et là, pas mal d’étrangers indésirables, voire des populations entières. Et là, on ne peut pas  ne pas penser aux Roms qui ont été très largement rejetés aux Canada, où l’on a imposé un visa aux citoyens tchèques pour cette raison-là, et on voit la manière dont les Roms ont été traités en Italie l’an dernier ou en France plus récemment.”

Les législations nationales évoluent dans le sens d’un renforcement de ces contrôles. En France, la loi Besson sur l’immigration, votée en première lecture à l’Assemblée nationale cette semaine, a notamment introduit le principe de déchéance de la nationalité (dans certains cas très particuliers). Un texte vivement critiqué mais qui n’a pas empêché la France de renforcer son arsenal législatif. Au Canada, c’est la notion de “Pays sûr” qui a été introduite dans le droit canadien en juin dernier. »

Deuxième extrait sur les questions de sécurité dans l’Atlantique. En filigrane, cette question: l’OTAN est-il has been ?

“La lutte contre le terrorisme fait désormais partie intégrante des missions de l’OTAN, sans aucune limite géographique”, rappelle Brahim Saidy, spécialiste du Proche-Orient, de l’OTAN et des enjeux contemporains de sécurité, chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. Cette orientation stratégique née dans l’après-11 septembre ne va pas sans poser de nombreuses interrogations:

“Dans le contexte sécuritaire actuel, dont l’une des composantes sont de nouvelles menaces auxquelles l’organisation atlantique n’avait pas été habituée jusqu’alors: terrorisme, crime organisé, immigration clandestine, pénurie énergétique, etc. Dans ce contexte donc, l’OTAN est-il adapté ? L’exemple afghan est tout à fait parlant et démontre les limites de l’organisation face à un conflit asymétrique”.

La suite se lit sur Pontransat